La pensée positive

Date : Mercredi 27 juin 2001 @ 02:47:51 :: Sujet : RESSOURCES FORMATION

La pensée positive




Généralités

La pensée est une activité du corps mental inférieur.
Selon une grande loi de l'univers, "l'énergie suit la pensée".

Une pensĂ©e peut devenir une forme-pensĂ©e si le penseur est efficace ou si un grand nombre de penseurs convergent sur cette pensĂ©e. Du plan mental oĂč elle est Ă©laborĂ©e, elle passe dans le plan astral, puis dans le plan Ă©thĂ©rique, et enfin dans le plan physique, plan de manifestation pour la majoritĂ© des ĂȘtres humains. Selon le niveau d'Ă©volution des personnes concernĂ©es, cela peut ĂȘtre instantanĂ©, prendre des annĂ©es ou ne jamais se produire.
A ce stade, une pensĂ©e peut ĂȘtre constructive ou destructive.

Une pensĂ©e est positive si elle procure du bien ĂȘtre pour soi ; mais en sachant bien qu'Ă  long terme, des pensĂ©es qui procurent Ă  un moment un certain plaisir au dĂ©triment de l'environnement (autres personnes, animaux, nature) entraĂźnent des rĂ©actions conscientes ou inconscientes qui finalement annuleront le caractĂšre positif initial.

Une pensĂ©e positive peut donc ĂȘtre dĂ©crite comme une pensĂ©e en harmonie avec l'univers.

La pensée est issue du cerveau

Le cerveau est l'organe le plus important du corps humain. Mac Leen a mis en évidence que le cerveau humain est composé de 3 étages :
  • Le cerveau reptilien ou cerveau de l'instinct : survie, reproduction, et fonctions organiques,
  • Le cerveau limbique (c'est lĂ  que se trouvent le thalamus et hypothalamus) ou cerveau de l'Ă©motion et de la mĂ©moire du vĂ©cu liĂ© aux Ă©motions,
  • Le cortex (grands singes, dauphin, homme) ou cerveau de la raison et de la mĂ©morisation (pensĂ©e, langage).
La volonté est du ressort du cortex, l'imagination dépend du limbique.
Le cerveau est composé de deux hémisphÚres ; Roger Sperry, prix Nobel en 1981, a mis en évidence les différences de fonctionnement des deux hémisphÚres. En occident, l'hémisphÚre gauche est hypertrophié, et le droit insuffisant, sauf chez les artistes.
Activité cérébrale :
Conscience extĂ©rieure onde bĂȘta, 15 Ă  30 Hz (Ă©tat Ă©veillĂ© ordinaire),
Conscience intérieure : onde alpha, 7 à 14 Hz (ondes découvertes les premiÚres),
Inconscience : onde thĂȘta, 4 Ă  7Hz (sommeil, Ă©tat exploitĂ© en hypnose et sophrologie),
et onde delta, 0 Ă  4 Hz (3 Ă  4 sommeil profond, 1 coma, 0 mort).
Le cerveau fonctionne avec deux types de programme :
  • un programme innĂ© (dĂšs la naissance),
  • un programme acquis.
Le programme inné assure les fonctions biologiques.
Le programme acquis se fait à travers les stimuli (mots ou images) des sens physiques (vue, ouïe, odorat, goût, toucher) des 4 sens internes (sens psychiques des sens physiques (ex. perceptions yeux fermés - perceptions yeux ouverts), sens kinesthésiques (récepteurs sur les muscles et les organes), l'intuition (sensation provenant du dedans), les perceptions extrasensorielles (sensations provenant du dehors).
Les stimuli s'expriment en mots ou images qui s'enregistrent dans un endroit du cerveau.

La pensée positive comme technique pour atteindre un objectif

La pensée positive se pratique : les outils sont d'une efficacité incontestable, les résultats ne sont pas garantis, ils dépendent de chacun ; elle utilise les trois techniques suivantes :
* relaxation,
* visualisation,
* affirmation.

La relaxation

Elle est efficace lorsque le niveau alpha est atteint, ce qui demande mĂ©thode et pratique, en groupe de prĂ©fĂ©rence pour commencer. Elle est gĂ©nĂ©ralement associĂ©e Ă  la visualisation pour ĂȘtre performante. JosĂ© Silva, dans la mĂ©thode qui porte son nom, a donnĂ© une mĂ©thode intĂ©ressante. La relaxation nĂ©cessite le lĂącher-prise.
La relaxation a des effets reconnus tant du point de vue physique (détente musculaire, réduction et régulation des rythmes respiratoire et cardiaque etc.....) que du point de vue psychique (calme durable, équilibrage des hémisphÚres cérébraux, amélioration de la mémoire et la concentration).
La relaxation stimule le cerveau droit, et permet de se recentrer entre gauche et droite.
Le sommeil est une relaxation naturelle, mais il est important de faire un acte volontaire de relaxation ; bien pratiquée, une relaxation de 20 minutes équivaut à 3h de sommeil.

La visualisation

Il faut entendre par là le terme plus général de représentation mentale.

La visualisation consiste Ă  :
* créer dans son esprit une représentation précise de ce que l'on désire voir se réaliser,
* porter réguliÚrement son attention sur cette représentation jusqu'à la réalisation, ou jusqu'à ce qu'on n'en ait plus envie.

Le résultat peut avoir des variantes par rapport au prévu, mais généralement il est mieux que prévu.

Pour visualiser, se relaxer, imaginer sur un écran une scÚne qui concrétise le but atteint, se laisser aller au ressenti que l'on aurait si c'était réalisé, et pour terminer, incorporer cette image, et sortir de la relaxation en gardant cette image et en contractant tous les muscles (début de matérialisation).

Visualiser le résultat à atteindre et non les moyens de l'obtenir.

Il n'y a légitimité à agir que sur soi, pas sur les autres.

L'affirmation

L'affirmation est une dĂ©claration positive que quelque chose est dĂ©jĂ  arrivĂ©. Elle peut ĂȘtre faite juste aprĂšs la visualisation. A haute voix ou en silence. 10 minutes par affirmation.
La "méthode Coué" entre typiquement dans ce cadre.
Exemple : "Tous les jours, Ă  tout point de vue, je vais mieux et de mieux en mieux".

L'affirmation doit ĂȘtre faite au prĂ©sent.
Ne pas dire : "Demain j'irai mieux".

Dans une affirmation, ne pas nier la rĂ©alitĂ© : ne pas dire :"Je n'ai pas mal Ă  la tĂȘte" quand on a mal. Dire "Mon mal de tĂȘte passe".

Affirmer des choses réalistes.
Les formulations doivent ĂȘtre faites sur le mode affirmatif parce que le subconscient n'entend pas les nĂ©gations. Si on dit "Je n'ai plus mal Ă  la tĂȘte", on porte l'accent sur le mal, il faut dire "j'ai la tĂȘte parfaitement dĂ©gagĂ©e".
Il faut se concentrer sur ce qu'on désire faire et non pas sur ce que qu'on ne veut pas.

La pratique

  • Se programmer des objectifs concrets de vie bien dĂ©finis,
  • DĂ©terminer l'Ă©cologie de l'objectif : l'impact sur les autres, la nature, le cosmos,
  • Dynamiser l'objectif par la visualisation,
  • Agir dans le sens de l'objectif pour matĂ©rialiser,
  • Agir avec flexibilitĂ© : changer de voie si plusieurs solutions se prĂ©sentent et que les portes se ferment. Etre Ă  l'Ă©coute, tout est message.

Il est souhaitable de commencer par un stage d'un week-end. Ensuite il faut pratiquer.

La pensée positive comme démarche d'évolution

Dire ou penser "Je veux cela, donc je vais positiver" n'aboutit à rien si l'esprit de la pensée positive n'est pas présent, d'autant que la volonté est une qualité qui paradoxalement bloque souvent. Dans toutes les situations, il faut en effet lùcher prise.
La pensée positive utilise des outils, des techniques, mais la base fondamentale est une démarche saine de comportement vis à vis de soi et des autres, c'est-à-dire s'inscrivant dans une optique d'harmonie avec les lois de l'univers.
Ainsi que tous les Ă©crits de sagesse l'enseignent, on est responsable de ce qui nous arrive. Il ne faut donc pas dire "je n'ai pas de chance", ou encore "c'est la faute des autres".
Il faut cultiver une attitude mentale positive ; en fin de journĂ©e ou mieux Ă  chaque instant, il faut appliquer le test suivant : "ce que je viens de dire ou penser, est-ce vraiment positif ?". Il faut essayer par rĂ©flexe de n'accepter dans sa tĂȘte que des phrases saines et constructives.


Cet article est inspiré en partie d'un excellent stage "Pensée positive" de René Chatagnon.


Bibliographie

"Puissances de la pensée" de Mikhaël Aïvanhov, éditions Prosveta
"Le devoir d'ĂȘtre heureux" de MikhaĂ«l AĂŻvanhov, Ă©ditions Prosveta
"La méthode Silva" de José Silva, éditions Helios
"Les formes-pensées" : chapitre 39 de "Réfléchissez-y", compilation des oeuvres du Maßtre D.K à travers Alice Bailey, éditions Lucis Trust.






Cet article provient de >>> RELAXATION, GESTION DU STRESS, THERAPIE BREVE AVEC LA BIOSYNERGIE ET LA BIOSYNERGETIQUE

L'URL pour cet article est : http://www.biosynergie.org//article.php?sid=73